icn prev grey ETM GIC - P16 A  icn next
ETM P16 A

ETM P16 A (3)

 ETM P. 16 - Quel type ?  (A, B, C ou D)

Le fabriquant de ces caméras ne faisait généralement pas mention du type de ses modèles, utilisant la dénomination générique "ETM P16". Deux exceptions toutefois : une publicité de 1948 annonçant un "Type C" (source "50 ans de caméras françaises") et un prospectus daté de 1953 un "nouveau modèle D à visée reflex continue" (source C.N.C.). Une observation attentive des évolutions techniques et esthétiques de ces caméras ainsi que de leur numéro de série rend très difficile la classification en 4 types en particulier pour les trois premiers types. Faute d'informations complémentaires indiscutables j'ai donc adopté la classification suivante.
  • Type A : caméras présentant au moins 1 caractéristique technique du modèle de base ayant évolué industriellement dans les versions suivantes (nombre de cadences de prise de vue, fenêtrage du compteur métrique, dispositif correcteur de parallaxe); Ces caractéristiques se retrouvent essentiellement (on pourrait même dire exclusivement d'après mes observations) sur des caméras dont le numéro de série est inférieur à 500.
  • Type C. Caméras avec viseur "Exaplan" et sans viseur de Galilée (donc sans les 3 cadres sur la tourelle). Généralement de couleur champagne avec une plaque décorative côté manivelle, elles portent des numéros de série à partir de 4000 et ont été fabriquées après la séparation avec Marcel BEAULIEU soit vers 1950-1951. Cette classification est parfaitement subjective et on pourra m'objecter qu'il y a eu des Type C bien avant (annoncé en 1948). Elle permet toutefois une identification et un classement facile.
  • Type B. Tout ce qui a été fabriqué après les Types A et avant les Types C (voir ci-dessus). Elles portent soit mention de la licence H.M.B. (fabriquées sous la marque "E.T.M.") soit sous la marque "G.I.C." et marquage intérieur "ETM P. 16".  A noter que même les plaques GIC font mention de "Licence M. Beaulieu" (sauf sur les derniers modèles fabriqués)
  • Type D. Ce sont les plus faciles à identifier car elles disposent d'un viseur réflex en lieu et place soit du viseur de Galilée soit du viseur "Exaplan". Elles sont de couleur champagne avec plaque décorative côté manivelle et portent des numéros de série dans les 4000 (>4300) et 5000.

Pour plus de détails je publierai ultérieurement un billet avec photos dans le Blog de ce site.

ETM P. 16 - Type A

img01 img02 img03
img05 img06 img04
Cliquez sur les images pour les agrandir
 
img1 img2 img3   img4
img5 img6 img7   img8
"Collezione Walter Franceschi" - Cliquez sur les images pour les agrandir
 

 Présentation

En 1946 E.T.M. (Electro Technique & Mécanique) annonce sa première caméra 16 mm l'ETM P 16. (Cliquer ici pour voir le texte de cette annonce dans la revue "Cinématographie Française", n° 1176, 5 octobre 1946 - Source C.N.C.)
Disponible en noir ou marron foncé, sa silhouette massive et sa tourelle à 3 objectifs caractérisent cette caméra.
Essentiellement destinée aux professionnels (et "amateurs exigeants") elle propose les ultimes perfectionnements alors exigés par cette clientèle et qu'on retrouvent sur de grandes marques internationales (BOLEX avec la H16, BELL & HOWEL avec la filmo 70, KODAK "Special" ou PATHE WEBO "M").
Les premiers modèles ne disposent pas des tétons de manœuvre de la tourelle (Tel qu'on peut l'observer sur les photos de la collection Walter Franceschi reproduites ci-dessus); elle en sera rapidement équipée. Les cadences proposées vont de 8 à 64 images par seconde. Le compteur métrique est non fenêtré. Le réglage de parallaxe est situé dans la partie arrière du viseur de Galilée, près de l'oculaire. Les cadres de visée disposés sur la tourelle proposent un collimateur simple.
Chacune de ces caractéristiques a pu être modifiée ultérieurement lors d'un retour usine mais rarement toutes simultanément. Si l'une d'elles persiste et que de plus le numéro de série est inférieur à 500 on peut penser qu'on a entre les mains une ETM P16 de Type A..
On peut également remarquer que tous ces premiers exemplaires proposent, sur la face arrière, une table de réglage des diaphragmes "ETM" et à l'intérieur du boitier la mention "Licence HMB" pour Henri MOULIN et Marcel BEAULIEU, initiales des concepteurs.
 

 Caractéristiques

 Année de production  1946-1947
 Lieu de production
 France
 Format  16 mm
 Système, Longueur du film
 Bobines, 15 ou 30 m
 Entrainement  Mécanique à ressort
 Fréquences d'image  8 à 64 i/s, VPV,
 Visée
 Viseur de galilée , 3 cadres colimatés sue la tourelle, Viseur clair de mise au point sur dépoli (x4)
 Monture
 Standard "C"
 Objectifs
 BERTHIOT, 1:1.9 F = 25 mm
 BERTHIOT, 1:1.5 F = 17 mm (Grand angle)
 BERTHIOT, 1:2.5 F = 75 mm (Télé-objectif)
 Posemètre
 Non, Table de réglage au dos de la camera
 Compteur  Métrique (non fenêtré), Compteur d'images
 Dimensions (LxPxH) Poids  9,7 (13,5) x 14,6 (22,7) x 21,7 cm, 2,9 kg
 Boitier, Finition  Aluminium moulé, Laqué noir ou marron foncé
 Numéro de série
 A l'intérieur du boitier, Licence "H.M.B."
 Accessoires  Poignée déclencheur, Valisette de transport
 Observations  Certaines caractéristiques ont pu être modifiée lors d'un retour usine

 Sources

 Errare humanum est, perseverare diabolicum

Malgré le soin apporté à la rédaction de cet article, certaines erreurs ont pu s'y glisser. Je vous prie de m'en excuser. Votre aide sera la bienvenue. Utilisez pour cela le formulaire de contact.

 

 

Dernières enchères